Dan Machi, la légende des Familias

Manga, seinen de 13 tomes minimum (en cours de publication)

dan machi manga news

Bell Cranel, un jeune aventurier, se fait attaquer par un monstre trop fort pour lui. Heureusement, la belle Aiz Wallenstein, la meilleure épéiste du royaume, lui sauve la vie. Bell tombe amoureux d’elle, et pour se montrer digne d’elle, il espère devenir le meilleur combattant.
Pour cela, il peut compter sur le soutien de Hestia, la déesse de sa guilde, ou Familia.
J’ai aimé ce manga parce que c’est un manga de combats d’épée stylés et aussi car les personnages évoluent et changent de niveau, comme dans un jeu vidéo RPG (Rôle Play Game)

Pablo et Florent

Nouveauté des Incorruptibles: Sous la même étoile

Sous la même étoile: trois coeurs à l’unisson, roman de Kelley York

sous la meme site songedunenuitdete com

C’est l’histoire de Hunter et sa demi-soeur Ashlin. Ils décident de prendre une année sabatique ensemble chez leur père. C’est là que Chance va changer leur vie. Ce garçon avec qui ils passaient leurs étés étant enfants va les fasciner d’une toute autre manière qu’avant. En grandissant, les sentiments changent. C’est l’histoire d’un amour fort qui dissimule une vérité bien plus noire. Une histoire palpitante et une fin particulière.

Seven deadly sins

Animé, 24 épisodes

Tout commence par la fuite d’une princesse qui doit quitter son palais sous la menace d’un complot. Elle part à la recherche des fameux Chevaliers Seven qui pourront l’aider à sauver son royaume.
Parmi ces sept chevaliers, il y a Meliadas, dragon de la colère, chef de cette équipe ; Ban, le renard de l’avarice ; Diane, serpent de l’envie ; King, grizzly de la paresse …
Nous aimons cette série d’animés car les combats sont alléchants, le dessin est bien représentatif du manga (avec son aspect assez rond) et l’histoire, dans le style médiéval-fantasy, est palpitante.

Florent, Laurent et Dorian

seven d sins

Certains l’aiment chaud: un film mythique

La classe de 1° SN s’est rendue le mardi 21 novembre, avec les terminales MV, aux Montreurs d’images à Agen pour y voir « Certains l’aiment chaud » (« Some like it hot »), un film américain de 1959 réalisé par Billy Wilder. Au générique, des vedettes: la célébrissime Marilyn Monroe, ainsi que Jack Lemmon et Tony Curtis. Ce film de deux heures en noir et blanc, en version originale sous-titrée, est considéré comme l’un des meilleurs de l’histoire du cinéma.

affiche film site cinema.jeuxactu.com

Image: site cinema.jeuxactu.com

Un film comique de gangsters
L’histoire commence avec un groupe de la Mafia qui, à l’époque de la Prohibition*, fait un trafic de boissoins alcoolisées pour une soirée appelée « l’enterrement de grand-mère ». Suite à cette soirée, les mafieux vont se livrer à un règlement de compte dans un garage de voitures. Les deux personnages principaux, Joe et Jerry, assistent au meurtre des « garagistes » et se font surprendre. Continuer la lecture de Certains l’aiment chaud: un film mythique

To be or not to be … un auteur de romans

Jeudi 09 novembre 2017, les élèves anglicistes de Seconde Melec ont rencontré Stéphanie Benson, auteure de romans. Auparavant, ils ont étudié avec leur professeur d’anglais Mme Bessa, un de ses livres “Alex et le rêve de la New York star” et préparé des questions à poser …en anglais.

STEPHANIE BENSON

Amin -When have you decided to write books? Quand avez-vous décidé d’écrire des livres ?
S.B.:  -I was always writing books.
J’ai toujours écrit
Amin: -What is your inspiration?
Quelles sont vos sources d’inspiration ?
S.B.: -My inspiration is life (books, films, people, experiences)
Mon inspiration, c’est la vie: les livres, les films, les gens, mes expériences
Tony: -What is your first book ?
Quel est le premier livre que vous avez publié ?
S.B.: -My first book is Une chauve souris dans le grenier*
Mon premier livre c’est Une chauve-souris dans le grenier (*c’est la traduction d’une expression anglaise qui signifie être fou)

Continuer la lecture de To be or not to be … un auteur de romans

Des souvenirs d’Albanie

Arber et Fatjon, deux élèves d’origine albanaise, nous livrent certains souvenirs:

-C’était bien, on traînait toujours avec mes potes dehors pour jouer ou rigoler. Les cours, c’est mieux là-bas parce qu’on commençait à 8 ou 9 h jusqu’à 12 ou 13 h et après on avait tout le temps l’après-midi pour s’amuser.

-On mangeait des bureks, des sortes de crêpes épaisses salées avec du fromage, … on pouvait en acheter partout, dans les bars, dans les kiosques au bord des routes et c’était pas cher, ou bien on en faisait chez nous.

burek

Exemple de bureks (site tripadvisor.com)

Pour Noël, on préparait des baklavas, (dessert traditionnel à base de pâte phyllo)

le journal du LP Jean Monnet