Maurice Cuquel, photographe, venu rencontrer des lycéens

A la rencontre d’un reporter

100_4819

Jeudi 23 mars, nous avons recontré le photographe journaliste Maurice Cuquel. Il nous a présenté son parcours professionnel, ses débuts dans la presse locale La Dépêche du midi, sa passion pour le cyclisme et le rugby…

Le photographe voyageur

Il nous a parlé de ses expéditions à Cuba et en Birmanie dont les photos étaient exposées au self et au CDI, mais aussi de ses voyages au Cambodge ou en Algérie…

Il ne part jamais sur un coup de tête, mais à chaque fois il élabore un projet souvent autour d’un sport.

Sa spécialité c’est la photo argentique en Noir et Blanc, il utilise toujours un appareil Nikon avec plusieurs objectifs selon les angles de prises de vue et la distance. Ce qui nous a marqué c’est qu’il dit voir la photo avant de l’avoir prise, il sait quels effets va produire l’éclairage ou sa position. Il observe beaucoup avant.

Un homme libre

Maurice finance lui même ses voyages, il ne veut pas de sponsor car il ne refuse de recevoir des ordres sur ce qu’il doit photographier : il veut être libre.

Il a rencontré plein de personnes différentes, découvert plein de coutumes, et cela n’est pas donné à tout le monde. Nous avons appris qu’en voyageant autant, cela permet de connaître la vraie image de l’Humain.

Ce qui nous a le plus marqué c’est que ce photographe voyage seul et il aime ça. La plupart des gens ressentent un fort sentiment de solitude en partant seul.

Cette rencontre a été très riche et intéressante car on sent bien qu’il est passionné. Nous aurions bien aimé échanger plus longuement avec lui.

La classe de 2TCI

LES IMPRESSIONS DES 2 SN

  • « Les photos prises par Maurice Cuquel sont fabuleuses. On ressent qu’il y a une vraie passion dans le métier, d’où un rendu magnifique »
  • « Ce qui nous a d’abord surpris c’est que Maurice Cuquel utilise un appareil photo argentique et pas numérique, et qu’il ne prend que le minimum de bagage pour voyager. »
  • « Il préfère prendre ses photos en noir et blanc pour que les gens se focalisent sur l »humain plutôt que sur la couleur. »
  • « Il a découvert cette passion grâce au club photo de son lycée. A l’époque, il développait lui-même ses photos à la main dans un labo. (Et aujourd’hui encore !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *