« Il y a « 

IL Y A

Il y a la tristesse qui peut venir d’un coup
Nous prendre par le cou.
Elle est présente chez nous comme chez vous.

Il y a la tristesse, qui, monotone,
Au royaume des sentiments, règne sur le trône
Et lorsqu’il fait nuit dans nos yeux, elle rayonne

Il y a la tristesse qui fait pleurer
Que l’on soit jeune ou que l’on soit âgé,
Que l’on soit parfait ou bien raté.

Il y a la tristesse, que l’on ne peut pas éviter
Qui finira par nous toucher
Par nous blesser voire nous tuer

Rayan Berrabah, 2° TU

Demain, un nouveau monde en marche

 » 27 juillet 2012, nous passons des vacances en famille dans la ferme de mes cousins, récemment convertie à l’agriculture biologique… A mon réveil, au petit matin, il fait chaud, mon corps réclame de l’air. J’enfile quelques vêtements et me glisse à l’extérieur. La nature sent bon. Je progresse à petits pas dans l’herbe haute, les pieds nus. Des myriades d’insectes s’entrecroisent autour des buissons. Les premières lueurs du jour me font du bien… J’enfile des chaussures et marche, pendant prés d’une heure, au contact d’une vie dense et sereine, logée dans les fourrés, dans les arbres, sur les mares… »demain2

source de l’image: site toutlecine.com

« La fin de la planète en 2100 ? »
« Revenu au grenier, j’allume mon ordinateur pour y parcourir les informations. Sur le site du journal Le Monde, je remarque un article au titre inhabituel, tout en haut du classement des textes les plus partagés par les internautes : «  La fin de la planète en 2100 ? » Continuer la lecture de Demain, un nouveau monde en marche

L’homme qui tua Liberty Valence: un western décalé

Résumé: Ranson Stoddard, jeune avocat fraîchement diplômé, compte s’installer dans la petite ville de Shinbone, au Far West. Mais, dès son arrivée, sa diligence est attaquée par le célèbre et redouté hors-la-loi Liberty Valence. Ce truand fait régner la terreur dans toute la ville, le shériff le craint, seul le cow-boy Tom Doniphon peut s’en faire respecter.
Stoddard va tenter d’instaurer la loi de l’Etat dans ce coin reculé du Far West en éduquant ses citoyens.
Est-ce que la parole de l’avocat sera plus puissante que les armes des hors-la-loi ?

Ce film est un western qui casse les codes du western traditionnel: vous n’y trouverez pas de duel spectaculaire, peu d’affrontements et trop peu d’action à notre goût.                                                                                      Cependant, le scénario est digne du grand John Ford avec un flashback dans le flasbackn qui change toute l’histoire et de nombreux petits détails qui prennent peu à peu du sens.

Yoann, Léo, Yoan et Enzo, 1° MV, dans le cadre du projet « Lycéens au cinéma »

l-homme-qui-tua-liberty-valance

source de l’image: site rogerebert.com

Un débat sur les inégalités liées aux origines géographiques

Dans le cadre de la « Quinzaine contre les discriminations », Madame Lasmak nous a rencontré pour parler des inégalités en fonction de notre origine géographique.
Nous en avons débattu et certains ont donné leur avis. Elle nous a raconté son vécu, cela nous a permis de constater que les préjugés sociaux sont réels. Son histoire nous montre qu’à force de persévérance et de volonté, on peut réussir à passer outre ces préjugés, on peut réussir à faire ce que l’on souhaite (ex : ouvrir ses enfants à la culture, faire des études supérieures, accéder à la propriété au cœur d’une « cité »). Elle nous a fait réfléchir sur les infrastructures installées par la mairie d’Agen dans les cités : dans quel but ? S’agit-il de laisser les personnes vivant dans les barres HLM entre elles pour qu’elles ne se mélangent pas avec les populations plus aisées ?
Cette rencontre nous a permis de nous sensibiliser aux discriminations existantes dans la ville d’Agen.

2 SEN groupe 2.

Des élèves volontaires découvrent une association humanitaire

Dans le cadre du projet Salvador, nous sommes allés à la médiathèque de Foulayronnes rencontrer monsieur Noël, bénévole de l’AMFA, Association Médicale Franco-Asiatique.
Cet ancien radiologue écume les hôpitaux et cliniques de France afin de récupérer du matériel en bon état pour équiper les centres médicaux de Birmanie. A l’aide d’un diaporama, il nous a montré les actions que mène sur place son association. Des médecins et spécialistes viennent régulièrement installer le matériel et former le personnel à son utilisation. Des artisans y vont aussi pour rénover ou construire des bâtiments. Lui-même s’y est rendu à plusieurs reprises et a particulièrement apprécié le caractère volontaire et l’investissement des Birmans rencontrés. « Ce sont des gens qu’on a envie d’aider » conclut-il.